Malheureusement pour eux, leur tableau de chasse reste désespérément vide, la tendance étant plutôt à l’écoeurement que suscite le retour de Georges BREDENT au pied de Jacques BANGOU, vécu comme une haute trahison par ceux qui avaient cru en son stratagème de « rupture » de 2008. Et les oiseaux rares qui tombent dans leur filet, cédant à leurs opérations de séduction et à leur campagne de « vèglaj », n’ont pas matière à être fiers.

C’est donc tout naturellement que, faute de bilan positif à défendre en faveur de la majorité municipale, Eric DOMICHARD se perd en considérations personnelles et affectives pour justifier son ralliement. Que Jacques BANGOU soit affable, ne suffit pas à faire de lui un bon Maire, ni à excuser le déclin dans lequel sa politique a plongé Pointe-à-Pitre. C’est cela qui nous préoccupe !!! Qu’Eric DOMICHARD soit soudainement séduit par la sympathie affichée par le Maire en place et qu’il ait oublié toutes les critiques qu’il proférait à son encontre, libre à lui.

Mais là où je m’insurge et m’inscrit en FAUX, c’est quand il affirme que j’aurais « aidé à mettre Jacques BANGOU là où il est » (sic).
Eric DOMICHARD et Jacques BANGOU savent que c’est un grossier mensonge. Et je mets au défi l’un et l’autre de dire quand, où et comment j’aurais prêté mon aide à Jacques BANGOU pour faciliter son élection.
Il est particulièrement déloyal de la part d’Eric DOMICHARD de colporter cette rumeur selon laquelle j’aurais négocié avec BANGOU et empêché BREDENT de le battre, en maintenant la candidature de mon groupe lors des élections municipales de 2008. Car notre groupe avait, en son temps, publié un démenti, rédigé par Eric DOMICHARD, entre autres, à cette rumeur. Car la vérité c’est que :

  • Nous nous sommes présentés contre BANGOU et BREDENT
  • Dès la proclamation des résultats du 1er tour, Georges BREDENT  et ses lieutenants avaient pris l’option de « tout sauf Harry DURIMEL ».
  • C’est à l’initiative de S.M, une amie commune, que Georges BREDENT  a été pratiquement forcé de dialoguer avec moi. En fait, ce qu’il voulait c’est que je m’éclipse tout bonnement en retirant ma candidature, au mépris de mes 34 colistiers et des 1400 électeurs qui avaient voté pour OXYGENE (OPAP) au 1er tour.
  • Par la suite, c’est Eric DOMICHARD qui a mené les négociations, au nom de notre groupe OPAP, avec les groupes BREDENT et JABBOUR. Après de longues palabres, il en arrivait à la même conclusion : l’union était déjà scellée entre ces deux groupes et le nombre de places qui nous était offert correspondait au nombre minimum d’élus que nous obtiendrions, en maintenant notre candidature. D’où la décision prise collectivement et après un vote, auquel a participé Eric DOMICHARD, de nous maintenir au 2ème tour, avec les résultats que l’on sait : 4 sièges pour 4 élus : Harry DURIMEL, Laure RICOU, Eliane VESPASIEN, Louis DESSOUT.

C’est donc une contrevérité que d’affirmer que j’aurais aidé Jacques BANGOU à être élu.

Si j’ai aidé quelqu’un à être élu, c’est Eric DOMICHARD. Car c’est sur la liste que nous avons maintenue au 2ème tour et que je conduisais au nom d’« OXYGENE POUR POINTE-A-PITRE » (OPAP), qu’il a été élu, profitant ainsi de la confiance croissante que les Pointois me manifestent, à toutes les élections auxquelles je participe.

S’il a fait le choix de rallier l’équipe « BANGOU-BREDENT », parce qu’il trouve « Jacques BANGOU affable », je ne perds pas espoir qu’il revienne à dans sa famille d’origine, quand il aura compris qu’on se sert de lui, pour tenter, en vain, de nous déstabiliser. Ce n’est pas Eric DOMICHARD, mon adversaire !

Ni le débauchage, ni la peinture rapide et tardive des bâtiments, ni la désinformation, ni la campagne de « com’ et de vèglaj » aux frais des contribuables, ne parviendront à redorer le bilan éminemment négatif de Jacques BANGOU & C°, ni à maquiller une ville délabrée, désertée et déshumanisée ! Une ville soit-disant d’art et d’histoire, une ville littorale, qui tourne le dos à la mer et à son histoire, détruisant allègrement son patrimoine naturel, culturel, artistique et immobilier.

Nous, le groupe OXYGENE, n’entendons pas nous enliser dans la polémique stérile, ni le dénigrement. Nous travaillons sérieusement à l’élaboration d’un projet de redynamisation économique, culturelle et sociale de Pointe-à-Pitre, la capitale économique de la Guadeloupe. Ce projet privilégie le débat, le pluralisme des choix et la collégialité des décisions, ainsi que l'implication des habitants et de leurs associations dans l'élaboration et la mise en oeuvre des actions.

Pour ma part, cela fait 20 années que je suis engagée en politique et les guadeloupéens savent qui je suis, avec mes qualités et mes défauts. Et ils sont de plus en plus nombreux à croire en mes compétences, en ma capacité d’écoute et de dialogue, et en mes idées pour administrer, gérer et dynamiser Pointe-à-Pitre.

Harry DURIMEL