pesticides C’est par dérogation qu’on nous a chlordéconés !

Alors, épandage aérien de Tilt , Sico, Banole par dérogation ? NON MERCI !!!!!!!

Les producteurs de banane ont sollicité l’autorisation de pratiquer l’épandage aérien de produits phytopharmaceutiques pour lutter contre la cercosporiose noire qui affecte les bananeraies.

Il s’agit des produits suivants : TILT (PROPICONAZOLE), SICO (DIFECONAZOLE) et BANOLE (HYDROCRACAGE DE PETROLE).

Les caractéristiques des produits utilisés, indiquées sur leur fiche technique, font apparaître une dangerosité réelle pour la population.

Dans un rapport adressé par le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins de la Martinique au Député Serge LETCHIMY, on peut lire ceci, à propos de ces produits :

« Le TILT et le SICO ont une toxicité aigüe modérée et localisée mais non nulle et une toxicité chronique suspectée qui les a fait inscrire en classe 3 sur le répertoire des produits cancérigènes. Le BANOLE, par contre, utilisé comme huile de dilution est un hydrocraquage de pétrole et à ce titre il présente à la fois une toxicité aigué pulmonaire et neurologique potentiellement mortelle et une toxicité chronique connue de longue date par le corps médical, à savoir un potentiel cancérogène… »

Le mode d’utilisation de ces produits, l’épandage aérien, n’enlève rien à leur dangerosité pour la population en général, même si il protège au mieux l’ouvrier agricole. En effet les petites particules de ces fongicides pulvérisés par l’aéronef, du fait de leur finesse, risquent bien de se retrouver à la faveur des vents dominants dans les poumons des riverains et de toute façon, dans la nappe phréatique à terme, lors du lessivage des feuilles par les pluies.

L’homologation d’un produit n’est en aucun cas une preuve de non risque, car peu de données existent sur ce mode d’utilisation des produits et encore moins sur les risques spécifiques encourus par les personnes sensibles que sont les enfants en bas âge qui paient le plus lourd tribut actuellement aux perturbations environnementales »

A J-15 de la fin de l’enquête publique, dont nous n’attendons rien, CELV entend exprimer ici son opposition ferme et ses plus vigoureuses protestations contre toute dérogation en faveur de l’épandage aérien.

Une fois de plus, c’est en catimini que cette prétendue « enquête publique » se déroule. Et quel que soit le nombre de voix qui se prononceraient CONTRE, ce sont encore les intérêts mercantiles qui risquent de prévaloir et déterminer la décision de l’Etat.

C’est pour cela que Guadeloupéens et Martiniquais nous devons nous mobiliser CONTRE toute dérogation ou permis d’empoisonner par les TILT, SICO et BANOLE.

En tout cas, nous, CELV, mettrons tout en œuvre pour faire respecter le principe de précaution et contrecarrer toute autorisation d’épandage aérien qui serait délivrée, au mépris des risques sanitaires encourus.

C’est par dérogation qu’on a empoisonné nos sols au chlordécone pour 100 ans. Ne nous laissons pas empoisonner notre air par une nouvelle dérogation.

Harry J. DURIMEL, Porte parole de Caraïbe Écologie-Les Verts