Il s'agit d'un pas historique dans la gestion de ressources naturelles de notre pays par nous même. C'est un véritable challenge, tant pour la Région Guadeloupe que pour l'écologiste nouvellement élu que je suis. Voilà un domaine qui me permet de mettre en œuvre, à la fois, mon expertise juridique, ma passion pour l'Ecologie, la démonstration que l'Ecologie et l'Economie sont intimement liées, et notre faculté d’"Agir localement tout en pensant globalement". Voilà un domaine où nous, "les Verts-Guadeloupe", avons beaucoup milité : Avant nous disions "Y A QU'A", Aujourd'hui nous avons le pouvoir de « FAIRE » ce que nous disions, ou même "un peu" de tout cela, ce qui est mieux que RIEN.

A l'occasion de chacune de nos rencontres à Paris, nous avons rappelé que la Région Guadeloupe entend faire profiter le plus grand nombre de guadeloupéens de la richesse que représentent les énergies renouvelables et non laisser monopoliser ce secteur par des multinationales promoteurs de grosses centrales avides de sols agricoles et peu créatrices d'emplois. Nous veillerons à la création de véritables filières en lien avec nos ressources énergétiques, tant en termes de transfert de savoir faire, de partenariat financier ou logistique, de sous-traitance, de production ou d'assemblage d'équipements, de formation, de mécénat, d'activités économiques annexes...

De même, nous avons rappelé aux services de l'Etat que la Région Guadeloupe entend jouir pleinement de l'Habilitation (qu'elle a demandée en Mars 2009 et obtenue en Mai 2009) et qu’il serait souhaitable que l'Etat s'abstienne de pondre, concomitamment à la Région Guadeloupe, des lois et règlements qui pourraient interférer avec la mise en oeuvre de notre politique énergétique et nuire à son efficacité.

Là où le sujet a été abordé, j'ai personnellement rappelé que JE DEMEURE CONTRE UNE CENTRALE BAGASSE CHARBON A MARIE GALANTE et que je laisserais mes habits de Président de la Commission ENERGIES pour être aux côtés de ceux qui s'y opposent, si on tentait de nous l'imposer.

Par ailleurs, la direction nationale de l’ADEME que nous avons rencontrée a été sensibilisée sur l’inadéquation des supports de propagande conçus en France hexagonale à notre société guadeloupéenne. Avec le concours de l’ADEME et d’EDF, nous allons bientôt lancer ici une grande campagne de sensibilisation à la problématique du réchauffement climatique et des énergies. On a trop tendance à croire que l'on n'est pas concerné par ces sujets, alors que nous sommes, en raison de l'étroitesse de nos territoires, notre caractère insulaire et notre exposition particulière aux risques naturels, plus que concernés par les atteintes irréversibles portées à la biosphère par les grandes puissances au Nord, mais dont les conséquences frapperont surtout les pays du Sud de la planète TERRE, notre Maison commune!!!!

Je compte sur la participation de tous aux débats que nous allons initier le plus largement possible avec la population. La démocratie participative ne peut être mise en oeuvre si le peuple s'y refuse. Il faut certes une offre politique de participation, une invitation bien élaborée. Mais il faut aussi que les invités répondent à l'invitation et ne se contentent pas de critiquer toute initiative de ceux qui ont le courage d'en prendre.

Vous êtes tous mes INVITES aux débats sur les ENERGIES EN GUADELOUPE. D'ores et déjà vous pouvez m'envoyer vos observations et suggestions via Facebook. Mais j'avertis TOUT DE SUITE : je ne suis pas un grand DACTYLOGRAPHE et FACEBOOK n'est pas ma "terre" préférée. En toute circonstance, je préfère le FACE A FACE convivial et respectueux, même si l'échange peut être vif.