I- SUR L’OPPORTUNITÉ DE LA DÉCISION

Moins de deux mois après le 2ème tour des élections municipales, marquées par un tournant historique après 45 années de mandat du Dr Henri BANGOU, sa nomination comme Maire honoraire retentirait comme un affront à la démocratie.

C’est comme si on disait au peuple : même quand le Maire Henri BANGOU ne se présente pas, il demeure tout de même Maire, au grand dam du suffrage populaire.

Selon nous, le temps démocratique de la nomination d’Henri BANGOU comme Maire Honoraire n’est pas encore venu.

Il me semble qu’une telle nomination ne peut s’inscrire que dans le cadre d’un hommage qui lui serait rendu par le peuple et par les appareils politiques d’ici et d’ailleurs.

Dans un tel contexte, la nomination apparaîtrait comme l’apogée de l’hommage populaire.

Pour l’instant, c’est comme si le fils, Jacques BANGOU, chercherait à garder son père, notre ex-Maire, à ses côtés pour poursuivre la même politique. Or si je m’efforce d’inscrire mon mandat de conseiller municipal dans une synergie qui profiterait à la collectivité, c’est parce que je veux croire que l’on peut être moteur de changement, tout en s’appelant BANGOU.

C’est pour promouvoir une autre gouvernance, avec une équipe rénovée et rajeunie que la minorité que je représente se veut active et rejette l’idée d’une opposition aussi stérile que systématique.

En offrant bureau, voiture, chauffeur et logistique municipale, à un Maire qui a marqué durablement de son empreinte l’appareil politico-administratif pointois, je crains, Monsieur le Maire que vous ne concouriez à perpétuer un système qui a fait son temps.

Allez y Monsieur le Maire, Embrassez votre mission, sans sourciller, sans désemparer.

Faites confiance à cette nouvelle génération, ouvrez vous franchement à cette nouvelle gouvernance et à la modernité.

Faire d’Henri BANGOU, dès aujourd’hui, un Maire honoraire traduit une certaine faiblesse de votre part et une entorse à la Démocratie.

II-SUR LA LEGALITE DE LA DÉCISION

L’article L 2122-35 du Code Général des collectivités territoriales dispose :

« L’honorariat est conféré par le représentant de l’Etat dans le département aux anciens maires, maires délégués et adjoint qui ont exercé des fonctions municipales pendant au moins 18 ans…

L’honorariat des maires, maires délégués et adjoints n’est assorti d’aucun avantage financier imputable sur le budget communal »

Nul doute que le Dr Henri BANGOU remplit, en droit, les conditions de la distinction.

Cependant nous sommes plutôt réservés quant à la légalité des avantages à incidence financière qui seraient offerts à vie à l’intéressé.

Nous pensons que ce projet de délibération devrait être ajourné.